Présentation d'une Gouvernance Dynamique fondée sur la Permaculture (GDP)

note: ces travaux sont disponibles sous license libre CC-BY-SA : .

Il est proposé dans ce document un kit de Gouvernance Dynamique fondé sur la Permaculture (GDP).

La _Gouvernance _est l’activité qui consiste à optimiser le fonctionnement d’une organisation de manière à l’aider à atteindre ses buts. Une gouvernance _dynamique _permet l’adaptation permanente de la gouvernance de manière à prendre en compte le plus rapidement et le plus efficacement possibles les messages de feedback obtenus de l’environnement et des collaborateurs pour corriger le fonctionnement de l’organisation face à des changements. Enfin, la _Permaculture _dans ce contexte propose une métaphore de l’organisation permettant d’apporter un cadre structuré mais flexible pour concevoir le fonctionnement de l’organisation.

  • Le cadre structuré est apporté par la méthode de Design de la Permaculture « OBREDIM » : il rejoint dans son esprit le cadre « PDCA » des démarches d’amélioration continue tout en apportant des éléments complémentaires permettant d’approfondir chacune des étapes. L’insertion dans le modèle des sept strates de la permaculture rend la métaphore encore plus vivante.
  • Les Zones de la Permaculture permettent aux collaborateurs de prendre conscience des de l’importance de leurs propres forces, de leurs interactions avec le reste de l’organisation, et des liens de l’organisation avec l’écosystème au-delà de ses frontières (bordures).
  • Enfin, le fonctionnement quotidien de l’organisation utilise les principes de la Sociocracy pour structurer le travail en cercles : consentement, travail en cercles (au sein des zones de la permaculture), double liens et élections sans candidats.

L’utilisation de la méthode OBREDIM dans toutes les zones de permaculture permet de garantir un alignement des individus aux niveaux les plus élevés de l’organisation, afin de maximiser la contribution de chacun.

Les principes de la Sociocracy s’accordent bien avec la Permaculture puisque les plantes ne votent pas ni ne donnent leur accord. Elles fonctionnent au maximum de leurs possibilités en fonctions des conditions environnementales locales et expriment éventuellement un désaccord (une objection) en démontrant leur impossibilité de vivre lorsque la situation environnante ne leur convient pas. Afin d’éviter une telle extrémité, la GDP utilise le consentement de la Sociocracy pour faire part de ces éventuelles objections. Il est possible (et les collaborateurs ont le devoir) d’objecter pour les rôles que l’on tient, les cercles que l’on représente, ou pour le compte d’autres cercles ou rôle si on a connaissance d’une potentielle interaction négative. Le rôle impacté ou un représentant élu dans le cas d’un cercle peut être invité à participer à la réunion de gouvernance susceptible de l’impacter. Il a alors le même niveau d’équivalence que les autres membres du cercle auquel il participe.

results matching ""

    No results matching ""